Focus sur l'accompagnement social des jeunes

 Laurence Baillia, responsable du pôle social à la Mission Locale nous parle de ses modalités d'action. Aider les jeunes à accéder à un logement, les faire bénéficier d'une aide au transport, d'un bilan de santé gratuit, d'une aide alimentaire... L. Baillia nous explique l'ensemble des dispositions que la Mission Locale peut prendre pour un mieux être social des jeunes.

Mission Locale de Moulins, X. Helly : – Quels sont les grands axes de l’accompagnement social des jeunes que nous accueillons ?
Laurence Baillia : – Suivant la situation du jeune, nous menons différents types d’accompagnement. Le jeune peut nous être adressé soit par un conseiller Mission Locale, soit par un partenaire, en direction du travailleur social de la Mission Locale.
Après avoir rencontré le jeune et effectué un premier diagnostic, nous évaluons les besoins, nous nous mettons en contact avec les différents partenaires du secteur social concernés afin de voir quelles solutions on peut lui apporter, et nous instruisons les demandes d’aide.

Des soutiens pour aider les jeunes à se loger.

Les problématiques que nous rencontrons le plus fréquemment sont des problématiques de logement – un jeune qui se retrouve tout à coup sans logement ou hébergé chez des amis, ou qui a été mis dehors par sa famille ou par son compagnon /sa compagne.
Pour ce qui est du logement, si le jeune n’a aucune ressource, nous l’orientons vers le SIAO ( Service Intégré d' Accueil et d' Orientation) ou le CHRS – (Centre d’Hébergement et de Réinsertion Sociale). S’il a des ressources, en urgence, nous pouvons demander une chambre en Résidence Sociale Jeunes – anciennement appelé foyers jeunes travailleurs. Il s’agit sur Moulins de Viltaïs( résidence @nima) et du Tremplin ( foyer rue de Bourgogne)– En ce qui concerne ces trois structures, nous nous voyons régulièrement. Pour chaque entrée d’un jeune, nous faisons ce que nous appelons « une synthèse d’entrée ». Il s’agit donc de formaliser un engagement du jeune et des différents organismes qui le prennent en charge. Pour notre part, la Mission Locale, nous nous engageons donc à l’accompagner vers l’emploi tout en prenant en compte la globalité de la situation de ce jeune et ses difficultés. Dès qu’il y a un souci, lorsque le jeune ne respecte pas ses engagements, nous nous réunissons à nouveau. Je me rends ainsi régulièrement à ce type de synthèse et si je ne suis pas là, c’est le conseiller référent du jeune qui y assiste.
Si c’est un jeune qui travaille, nous sommes là pour lui donner les informations concernant les différents soutiens auxquels il a droit et les différentes démarches à faire : les demandes de logement ou encore les formalités qu’il doit effectuer lors de son entrée dans le logement : l’aide pour la caution, demander le Fonds Solidarité Logement (FSL), l’assurance, souscrire les différents contrats auprès des prestataires fournisseurs d’énergie etc. Nous intervenons également beaucoup pour le maintien des jeunes dans le logement selon les évolutions de leurs ressources (fin de CCD, fin de droits) : demande d’aides financières, etc.

Un soutien au niveau des ressources alimentaires.

Mission Locale de Moulins, X. Helly : - Dans quels autres domaines intervenez- vous régulièrement ? 

Laurence Baillia : - Nous instruisons d’autre part beaucoup de demandes d’aide alimentaire. Nous avons ainsi de nombreux jeunes qui sont parfois en logement autonome mais qui n’ont pas assez d’argent pour acheter à manger sur l’ensemble d’un mois, ou d’autres qui sont hébergés chez des amis.

Pour les jeunes résidant sur l’agglomération de Moulins, il existe depuis deux ans une épicerie solidaire – Épisol- ,  créée par l’association le Tremplin. Il est ainsi alloué au jeune bénéficiaire un montant d’aide alimentaire consigné à Episol. Chaque fin de mois, nous faisons un bilan des dépenses de chacun. Ces dépenses peuvent éventuellement être prises en charge, après études des ressources du jeune, par le Fonds d’Aide aux Jeunes (FAJ) géré par le Conseil général.
Pour les jeunes résidants hors de l’agglomération de Moulins, nous fonctionnons avec des bons d’achat que les jeunes peuvent utiliser dans les supermarchés, les épiceries etc.
D’autres partenaires avec lesquels nous travaillons beaucoup, sont les éducateurs de rue. Les éducateurs de l’ADSEA qui nous orientent des jeunes qui ne sont pas forcément connus de la Missin locale, des jeunes en décrochage scolaire, un peu abandonnés à eux-mêmes dans les quartiers. Ces éducateurs font un travail avec ces jeunes et les orientent vers la Mission Locale. Nous travaillons avec l’ADSEA et ces jeunes afin de déterminer un projet en concertation avec eux. Nous avons ainsi des jeunes qui entrent dans le dispositif Garantie Jeunes et qui ont été initialement orientés par les éducateurs de l’ADSEA.


Concernant la mobilité.

Mission Locale de Moulins, X. Helly : - Vous apportez aussi des solutions pour aider les jeunes à se déplacer?..
Laurence Baillia : - Oui, pour nous, il s’agit d’informer les jeunes sur tous les dispositifs d’aide – de soutien à la mobilité. Quand ils ont trouvé un emploi, par exemple, nous faisons en sorte qu’il n’y ait aucun frein matériel –technique qui puisse gêner leur démarrage dans l’emploi, etc.
C’est Christelle Travichon, ma collègue travailleur social à la Mission Locale, qui est "référente Mobilité ». Cette thématique a déjà été évoquée dans une autre newsletter, je crois ( Newsletter 6 – lien hypertexte)....Entre autres, pour les jeunes entrant en formation et ayant d’importantes difficultés de ressources, nous disposons d’aides financières à leur verser.( financement Conseil Régional Auvergne)

Un accompagnement pour que les jeunes veillent à leur santé.

D’autre part, nous travaillons avec de nombreux partenaires santé. Nous assistons ainsi les jeunes dans des cas de grossesse non désirée par exemple (orientation vers le centre de planification familiale), sur des problématiques d’addictions (orientation vers le Centre Spécialisé de Soins aux Toxicomanes- (CSST)- CSAPA ou le CSST- ANPAA- (problèmes d’alcool ou cyber-addiction).


Nous collaborons d’autre part régulièrement avec l’ISBA pour permettre aux jeunes de faire un bilan de santé gratuit. Nous opérons aussi des actions en partenariat avec l’association Aides concernant le sida, ainsi qu’avec le centre de dépistage ( CIDAG). Nous accompagnons également les jeunes dans leurs demandes de CMU ou de mutuelles
Nous intervenons aussi auprès des jeunes concernant leurs droits en tant que travailleur tout comme leurs droits en tant que citoyen. Dans ce cadre, nous travaillons avec le CIDFF (le Centre Départemental d’Information sur le Droit des Femmes et des Familles) qui est compétent pour tout ce qui est violence conjugale etc. et il y a aussi l’ADAVIP qui s’occupe d’une manière plus générale du droit des victimes.

Un accompagnement psychologique auprès d'une professionnelle.

D’autre part, nous rencontrons des jeunes qui peuvent avoir une problématique psychologique, mais je crois que la psychologue de la Mission Locale, Madame Kraft s’exprime dans cette même newsletter.( Lire l'article ici )
Concernant l’aide à la garde d’enfants,, nous les orientons vers la CAF afin de les informer des aides auxquelles ils peuvent avoir droit et vers les structures d’accueil d’enfants.
Cet accompagnement social des jeunes s’inscrit donc dans un accompagnement global du jeune en partenariat avec les conseillers Mission Locale et les différentes structures locales.