Coup de projecteur sur notre nouvel accompagnement renforcé en zone rurale.

 L’action "Repérage et accompagnement renforcé de jeunes « ni en emploi ni scolarisés ni en formation » en zone rurale", a débuté le 19 janvier à Saint Pourçain sur Sioule avec un groupe de sept jeunes, à Dompierre sur Besbre le 27 janvier, (cinq jeunes), le 2 mars au Montet (sept jeunes).  Elle se poursuit à partir de ce mardi 14 avril à Chantelle. Il y aura aussi un groupe au  Donjon puis à Lurcy Levis.
L’objectif général de l’action est de permettre aux jeunes accompagnés de s’approprier les clés d’accès à la mobilité, la formation ou à l’entreprise afin de contractualiser une entrée en formation ou un accès direct à l’emploi.
C’est dans cette optique qu’un travail de prise en charge des jeunes en groupe est notamment effectué sur cette action parce que les bienfaits de ces temps collectifs ont été constatés dans le cadre de la Garantie Jeunes. Cela engage une dynamique différente pour chaque jeune, et lui permet de travailler les relations interpersonnelles. Chaque jeune peut ainsi mieux évaluer les comportements qu’il aura à adopter chez un employeur.
Cet accompagnement renforcé dure trois mois : – six semaines en collectif (sur un temps de quatre demi-journées par semaine) et six semaines avec plusieurs périodes en immersion professionnelle d’une à deux semaines.
On constate à ce jour que les jeunes se mobilisent dans leur recherche d’emploi , tout comme les professionnels qui les accueillent en stage. Plusieurs jeunes ont déjà trouvé des contrats de travail de courte durée.

Pour tout renseignement, contacter la Mission Locale au 04 70 48 26 50 ou cliquez ici


Le groupe de Dompierre sur Besbre en visite au SICTOM Nord – Allier.


Dans le cadre des actions financées par le Fond Social Européen et l’Initiative pour l'Emploi des Jeunes, ce qui est le cas de cette action, le principe horizontal de Developpement durable a été abordé par le biais d’une visite du SICTOM Nord Allier à Chézy. Il se trouve que cette structure emploie plus de 100 personnes et qu’elle a donc régulièrement des besoins en personnel. Les jeunes se sont montrés intéressés par cette visite. C’était pour certains aussi une manière de s’informer très précisément sur la responsabilité collective de la gestion des déchets, qui incombe maintenant à tout citoyen. D’autres ont marqué leur motivation et se sont positionnés auprès de la COVED pour de prochaines missions de travail temporaire.
Cette visite a servi d’introduction à la préparation d’un questionnaire en vue d'une enquête auprès d’entreprises du bassin. Il s'agit d’interroger les entreprises sur leur sensibilisation au développement durable et de mesurer quelles actions elles mettent en œuvre. Les jeunes ont commencé à rencontrer des entreprises.

 

Cette action est financée par l'Union Européenne.